Origine et développement de la réflexologie

 La définition des hiéroglyphes signifiants : « ne me fait pas mal » le praticien répond « Je ferais en sorte que tu me remercies »

Cette technique manuelle est utilisée depuis la nuit des temps. Sous l’Égypte ancienne, plusieurs hiéroglyphes ont été retrouvés à Saqqarah dans le tombeau d’un médecin égyptien prénommé Ankmahor. Une en particulier représente des hommes se massant les pieds et les mains et datent d’environ 2330 av. J.-C.

 D’après certains témoignages le traitement par pression sur des zones réflexes au niveau des pieds était déjà connu en Chine et en Inde il y a plus de 5000 ans.

L’identification de ces points a été étudiée et utilisée bien avant l’acupuncture. Les médecins chinois (2500 av. JC) avaient découvert qu’une énergie appelée `QI `(TCHI) circule dans le corps, cette énergie passe par des trajets appelés méridiens utilisés plus tard  en acupuncture.

À la fin du XIX siècle, en Europe, l’étude repose davantage sur la théorie selon laquelle il existerait une relation directe entre un stimulus et une réaction. Pour déclencher une réaction il faut dons un stimulus. Les impulsions (stimuli) provoquées par la pression sur des zones réflexes des pieds agissent sur le système nerveux autonome qui contrôle le fonctionnement neurovégétatif des organes, des muscles et des glandes. Le fait de stimuler certains points sur les pieds, les mains, etc. provoque une excitation nerveuse qui transmet un message électrochimique au système central qui engendre une réaction dans l’organisme.

Au début du 20e siècle aux États-Unis, le Dr Fitzgerald, spécialiste en ortho-rhino-laryngologie, découvre l’effet anesthésiant de certaines parties du corps en exerçant une pression sur certaines parties des pieds et des mains. Il développe sa théorie et divise le corps en deux parties, gauche et droite. 

Il définit donc des lignes longitudinales parcourant chaque moitié du corps. Il constate des effets thérapeutiques sur les nerfs, la circulation sanguine, le système lymphatique, etc.

Un des exemples exprimés c’est que lorsqu’il stimulait par pression les doigts et les orteils il y  avait un soulagement des congestions de la tête et obtenait un  relâchement des tensions nerveuses. Il écrit « zone thérapy or relieving pain at home» en 1917.

Sur la Côte Est, Eunice Ingham, physiothérapeute et assistante du Dr Joe Riley (le seul médecin qui fut intrigué par la théorie des zones du Dr Fitzgerald) poursuivent le travail de ce dernier et cartographient l’ensemble du corps dans les pieds et dans les mains. Elle écrit 2 livres : « ce que les pieds peuvent raconter grâce à la réflexologie » en 1938 et « ce que les pieds ont raconté » en 1953.

Dans les années 1960, son neveu Dwight Byers fonde et dirige l’Institut National de réflexologie qui deviendra plus tard l’Institut International de réflexologie.

Pendant ce temps sur la côte ouest, Stanley Burroughs, contemporain d’Eunice Ingham, découvre suite aux informations et enseignements du Dr White, ami du Dr Fitzgerald que le corps n’est pas que représenté sur les pieds et les mains, mais aussi au niveau des jambes et des bras. Il découvre non seulement des zones et des points réflexes au niveau du dos, des omoplates et du bassin, mais aussi au niveau des clavicules, des oreilles et de la tête qui apporte une grande détente émotionnelle et mentale. Il crée le Vitaflex et écrit le livre « guérison pour une ère nouvelle » en 1987

En 1988 Pierre David  de Montréal, reçoit l’enseignement de Stanley Burroughs. Il  crée sa propre technique qu’il surnommera la Réflexologie Intégrale ou elle sera enseignée à l’Institut Québécois de Réflexologie Intégrale d’où mon enseignement initial reçu.

Aujourd’hui adaptée à ma propre expérience je vous propose ce toucher simple et efficace dans une combinaison de suite et suivie dans le but ultime de vous permettre l’acquisition et les bienfaits de la Réflexologie Corporelle.